L’effort et la force au Yoga

Notre société exige l’effort. Même si au fond, ce n’est pas tout à fait ainsi. Ce n’est pas la société en soi qui exige l’effort sinon l’éducation que nous avons reçue. L’effort à l’école, pendant les études, au travail, au moment de s’occuper de la famille, des amis,… Au moment où j’écris ces lignes, certaines compagnes de yoga sont en train d’étudier pour un concours de certification professionnelle. C’est curieux mais juste par le fait de les connaître, on peut s’apercevoir que ce sont des femmes très professionnelles qui aiment leur travail. Je me demande donc pourquoi elles devraient faire un effort supplémentaire pour garantir quelque chose qu’elles aiment, qu’elles font bien et qui en plus est pour les autres ? N’est-ce pas un peu absurde qu’un examen garantisse (ou non) un travail auquel elles se livrent justement corps et âme ?

Peut-être que lorsqu’on se dit que l’on doit faire un effort, nous sommes en fait en train de nous dire que nous devons faire un « sur-effort ». Mais il faut faire attention avec les « sur-efforts » car on en ressent vite les effets.

Au yoga il n’y a aucune asana qui demande un « sur-effort ». Si à l’un ou l’autre moment, nous ressentons que nous sommes en train de trop forcer, il faut faire un pas en arrière et repenser comment nous pouvons nous améliorer dans de meilleures conditions. Un petit réglage au niveau des hanches, un petit réglage au niveau de la torsion, ou alors peut-être mettre plus de poids sur le pied de base pour rééquilibrer… Ceci ne veut pas dire qu’il ne faut pas continuer à se fortifier par la pratique car la force nous apporte la stabilité, la stabilité nous apporte la sécurité et la sécurité est la base permettant d’affronter les défis d’un point de vue créatif. Et je parle aussi bien des défis posés par la pratique du yoga que des défis de la vie.

Mais alors… où est l’effort au yoga ? Eh bien… en fait l’effort se trouve avant la pratique. Certes, nous devons faire un certain effort pendant la pratique aussi, mais je pense que nous serons tous d’accord de dire qu’une fois plongés dans la session et surtout à la fin, nous ressentons une agréable sensation de gratitude envers notre propre pratique. L’effort se trouve donc avant la pratique. L’effort se trouve dans le fait de maintenir une constance au yoga, surtout pendant les jours de printemps qui nous étourdissent, nous donnent un peu plus de paresse que d’habitude et une explosion de nature magnifique.

Courage et un peu d’effort pour continuer la pratique !

 

Duna Yoga

8 avril 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *